Pour la première fois, de la vapeur d’eau dans l’atmosphère d’une exoplanète : d’autres formes de vie dans l’Univers?

Dans une atmosphère très Terre à terre
A jailli cette nouvelle : il y aurait de l'eau
Sous forme de vapeur, à cent dix années lumière
Dans l'air de K2-18b, nom bien ballot
Pour une authentique exoplanète rocheuse
Cousine géante de notre embarcation hasardeuse
Lorsque cet été sur la plage
Mes mains laissaient couler le sable
Je me rappelais qu'il est hautement probable
Même si ce calcul emprunte au bricolage
Qu'il n'y a pas plus de grains sur tout le littoral
Que d'étoiles perdues dans le vide spatial
Ce sablier ouvert sur la lumière d'été 
Se jette dans des espaces vertigineux
Les sombres replis d'immensités inexplorées
Car derrière l'eau guette la vie, avec ou sans ses dieux
Une vie peut-être ailleurs, une vie peut-être étrange
Une vie peut-être que l'on dérange?
Ce fin sablier entre mes mains
File un temps déjà si lointain
Au-delà de tout repère humain
Qui peut affirmer qu'aucune vie ne s'est manifestée
Il y a huit cent millions d'années
A mille années lumière de notre petite épopée ?
Beaucoup a été dit, parfois sens dessus dessous
Comme : les extra-terrestres sont parmi nous
On ne nous dit rien, on nous cache tout
Ou : point de vie hors des terriens
Les augures en ce sens sont vains
Aucune observation certaine sur ce chemin
Si gagner vraiment l'Univers à bon port
Devait effondrer les rêves si forts
De la science-fiction en matière de transport
Il n'y aurait alors pas d'incongruité
A ce que peu de signes aient traversé
Toute cette intersidéralité...
Sauf si la meilleure preuve de vie hors de la Terre
Etait notre amnésie d'antiques migrants de l'Univers
Doit-il être rappelé qu'avec autant d'étoiles
Dont on ne peut se représenter le nombre
Encore plus de planètes pour déchirer le voile
D'une vie dite impossible dans la caverne des ombres?
Une littérature riche mais décriée à déjà tout imaginé
Pour expliquer qu'aucun alien n'a été observé
Réserve ethnologique sous protectorat technologique
Terre de ressources exploitées par d'opaques intérêts
Ilots épars d'une vie clairsemée dans un méta-océan Pacifique
Êtres de gaz, bactéries en réseau, perplexes forêts
Pierres mouvantes, pointillés de fils de lumière
Vie dans des dimensions différentes
Empêchant toute interaction décente
Illusion créée par les différentes formes d'énergie
Mais si la réalité peut dépasser la fiction
Est-ce que la vérité de la vie
Peut réellement toute tenir dans notre imagination?
Alors savoir qu'un peu d'eau
Existe autour d'un petit noyau
Dans l'immensité du vide
Comme un frêle radeau
C'est déjà une promesse impavide
Que l'improbable est audible
Et ne se confond pas avec l'impossible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*